Au golf on aime prendre des râteaux !

Connaissez-vous le point commun entre Gallinula Chloropus, Rusa Timorensis, Porcus Singularis et Homo Sapiens Golficus ?

Eh bien, ces quatre espèces fréquentent toutes, plus ou moins assidûment, les golfs de Nouvelle-Calédonie. Il y a quelques jours, sur le parcours de Déva, ces espèces ont profité des lieux pour laisser leurs traces, notamment dans les bunkers.

Problème, ces quatre espèces n’ont pas été gâtées de la même manière par l’Évolution, chère à un certain Charles Darwin… (excellent naturaliste mais très piètre golfeur, dit la légende). En fait, ce qui différencie ces quatre espèces c’est la préhension … la faculté de pouvoir saisir avec un organe approprié, et seul Homo Sapiens Golficus en a été doté au fil des temps et de l’évolution.

Si Gallinula chloropus est aussi embêtée devant un râteau de bunker que sa cousine Gallus Gallus Domesticus devant un couteau, Homo Sapiens Golficus est lui tout à fait en mesure de se servir dudit râteau… Alors qu’il ne s’en prive pas !

Ratisser un bunker, c’est penser à celles et ceux qui jouent après soi. Et penser à ses congénères, c’est aussi ce qui différencie Homo Sapiens des autres espèces.

Lionel Sabot

Contacts - © 2020 Tous droits réservés - réalisé par INTERFACE